nouvelle réglementation pour homologation mer

l'homologation mer à compter du 01/09/2015 par Relec29 - DIV 245

en parcourant le site de KWA je suis tombé la dessus, alors report ....

 

Capture d cran 2013 11 26 16 54 01

 

Avec une embarcation classique, en mer, la navigation à plus 300 mètres d’un endroit de débarquement (plage, port, île) est interdite. Néammoins, avec certains kayaks destinés spécifiquement pour la mer et l’équipement adéquate, cette limite peut être poussée à 2 ou 6 milles. C’est ce que permet l’homologation en division 245 (nouvelle division 245 venant de se mettre en place le 1er septembre 2015).

La modification récemment effectuée concernant la division 245 (par rapport à la division 240) : il n'est désormais plus obligatoire d'avoir une plaque signalétique sur le kayak avec les informations précédemment requises (numéro CIN, division, longueur, capacité de charge et de personne). Si vous comptez acquérir un kayak homologué, vous aurez donc un simple certificat d'homologation, dont vous n'en aurez besoin que si vous comptez naviguer au delà des 2miles (dans ce cas, il faudra vous présenter aux affaires maritimes afin de faire homologuer votre kayak).

Un engagement du constructeur

Certains constructeurs  ont choisi de fabriquer des kayaks en division 245 pour permettre aux pagayeurs d’aller au-delà de la limite de 300 mètres des côtes. Ce sont des kayaks prévus pour la mer qui respectent certaines normes, notamment de flotabilité. Le kayak doit flotter horizontalement en eau douce, les deux pointes ou le point le plus haut de l’hiloire, selon le cas, émergeant d’au moins 2 cm, en étant rempli d’eau et lesté de 15 Kg de tare par personne embarquée. Bref, l’embarcation doit flotter même remplie d’eau. Pour cela les constructeurs équipent les kayaks de réservoirs d’air intégrés ou de matériaux à faible densité (mousse) qui assurent la flottaison. Avoir la bonne embarcation ne fait pas tout. Il faut aussi s’équiper en conséquence. Depuis récemment, il est indispensable qu'un kayak fasse au minimum 3,5m pour être homolgué (en plus des conditions citées précédemment).

Une astuce Despéradienne : pour vos réservoirs d'air intégrés gardez les outres des cubis de rosé de cet été, en 3 ou 5 litres cela fait parfaitement l'affaire et ça coute rien ....

Un équipement adéquat

L’équipement nécessaire pour une navigation jusqu’à 2 milles des côtes est le suivant :

 un gilet de sauvetage aux normes européennes par personne embarquée. 
 un bout d’amarrage muni d’un mousqueton, d’une longueur au moins égale à la longueur du bateau (le mien fait 3 fois la longueur, testé et validé sur une traine de kayak de 7 kms )
 une pagaie de secours (vous pouvez choisir une pagaie en 4 parties qui sera facile à ranger)
 une dispositif permettant d’assurer l’étanchéité du ou des hiloires, sauf pour les sit on top 
 une écope reliée par un bout au bateau ou une pompe d’assèchement, sauf si le cockpit est auto-videur 
 un taquet (ou dispositif équivalent) permettant le remorquage (j'en ai un de monté sur mon yak et c'est très utile pour le cas du remorquage )
 une ligne de vie (obligatoire pour avoir le certificat de conformité)
 un moyen lumineux de repérage (lampe flash, bâton luminescent...)

Pour la navigation au-delà de 2 milles et jusqu’à 6 milles d’un abri, cette liste est complétée par :

 une lampe électrique étanche en état de marche 
 un compas magnétique conforme à une des normes suivantes : ISO 613, ISO 10316, ISO 14227 
 3 feux rouges à main conforme à la division 311 « équipement marin » 
 une corne de brume 
 une carte marine de la zone de navigation concernée 
 un miroir de signalisation ( un DVD fait l'affaire)
 un dispositif d’aide à l’esquimautage ou un flotteur de pagaie, sauf pour les sit-on-top

Ce matériel est indispensable pour votre sécurité et il sera vérifié en cas de controle par les Affaires Maritimes. Il existe sous forme de ’kit’ que l’ont peut acheter.

Les changements opérés il y a quelques années pour la navigation en mer :

Les 6ème et 5ème catégories sont supprimées. C’est-à-dire qu’elles ne seront plus attribuées par les constructeurs ou les commissions de certification FFCK. Les propriétaires des kayaks homologués peuvent néanmoins conserver le bénéfice de la précédente homologation et continuer à naviguer avec la carte d’immatriculation en 6ème catégorie délivrée par les Affaires Maritimes. Les nouvelles catégories A, B, C et D sont des catégories de conception des navires. Elles sont définies, non plus en fonction de la distance d’éloignement d’un abri, mais en fonction de grandes zones de navigation, (hauturière, large, côtière...) et de condition et de l’état de la mer. Elles représentent une indication au pratiquant sur les conditions de navigation pour lesquelles son embarcation est adaptée, et au-delà des quelles elle ne l’est plus.

Deux catégories concernent les kayaks de mer : 
  Catégorie C : Navire pour la navigation a proximité des côtes , dans les baies, estuaires, lacs et rivières (vent f. 6, vagues 2m) 
  Catégorie D : Navire pour la navigation en eaux protégées, petits lacs, rivières et canaux (vent f. 4, vagues 0,5 m). Les distances d’éloignement d’un abri (2 milles et 6 milles) définissent non plus les catégories, mais les conditions réglementaires de navigation.

Vous trouverez davantage d'informations sur le site légifrance :  DIV 245