le targeur

le targeur - sole de roche - Zeugopterus punctatus

 

Tiré de la fiche DORIS

285907sn857083crop

Photo Relec29

   
Zeugopterus punctatus (Bloch, 1787)
Atlantique Nord Est et Ouest, Manche, mer du Nord
Targeur
 
Sole de roche, plie de roche (Bretagne)
Topknot (GB), Pelaya miseres (E), Haarbutt (D), Solha da rocha (P), Gevlekte griet (NL), Hårvar (N)
 Critères de reconnaissance
Yeux sur le côté gauche (Poisson plat gaucher)
Nageoires pelviennes soudées à l’anale 
Espace entre les yeux plus petit que la taille d’un œil 
Large rayure sombre au niveau de chaque œil 
Ecailles de la face oculifère ayant des excroissances pileuses semblables à des soies (impression de « fourrure » au toucher)
Large bouche perpendiculaire à l’axe du corps
 Distribution
On trouve cette espèce dans l’Atlantique Nord, sur les côtes est, depuis le Portugal jusqu’à la Norvège. Le targeur a été récemment observé sur la côte ouest de l’Atlantique Nord (Canada) [Chanet & Desoutter, 2000]: 
First western Atlantic record of Zeugopterus punctatus from off the Newfoundland coast (Canada)
.
 Biotope
Le targeur vit exclusivement en milieu marin sur les côtes rocheuses, jusqu’à 40 m environ, mais il pourrait selon certains auteurs descendre à des profondeurs plus importantes. Il est l’un des seuls poissons plats à affectionner les fonds « durs ». Il est également le seul poisson plat capable de se « coller » sur les parois verticales et les surplombs rocheux. On peut également le trouver sous les grandes algues (laminaires).
 Description
Le targeur est un poisson plat senestre (gaucher, c’est à dire que ses yeux se trouvent sur la face gauche) de forme assez rectangulaire. L'adulte mesure environ 27 cm, (jusqu'à 40 cm selon certains auteurs). La livrée se compose de nombreuses taches sombres sur fond gris beige à brun clair. Il convient de noter une large rayure sombre au niveau de chaque œil. Les yeux sont rapprochés, l’espace qui les sépare étant plus petit que la taille d’un œil. Les nageoires pelviennes sont soudées à la nageoire anale. Sa nageoire dorsale débute au-dessus de la bouche et se termine près de la caudale. La bouche est grande et perpendiculaire à l’axe du corps. Les écailles de la face oculifère ayant des excroissances pileuses semblables à des soies lui permettent de parfaire son camouflage (elles donneraient une impression de « fourrure » au toucher).